Le petit-maître corrigé (170)

  • Par
  • Le lundi, 23 Janvier 2017
  • Commentaires (0)

LE PETIT-MAÎTRE CORRIGÉ

une délicieuse initiation 

Dès le lever du rideau, on sait qu’on va se régaler. Une énorme touffe de paille figure une campagne en bataille sous des bourrasques de vents. Les valets émoustillés ne résistent pas à l’envie de s’y rouler et on glousse de plaisir en regardant leurs ébats. On est en province et la jeune Hortense s’inquiète auprès de sa suivante du peu d’empressement que lui porte Rosimond, le mari qu’on lui destine. Or un monde les sépare. Rosimond vient de Paris et il n’y a pas appris à montrer ses sentiments. Il se dissimule au contraire sous une personnalité fantasque et Hortense et Lisette vont s’employer à faire tomber son masque. On est chez Marivaux et les personnages intriguent savamment pour arriver à leurs fins…  C’est délicieusement cruel, on a la banane du début à la fin. Les comédiens sont excellents à commencer par Loïc Corbery qui trouve avec Rosimond un rôle à la mesure de sa fantaisie et de son immense talent. On en sort heureux et grandi renforcé dans l’idée qu’il faut être soi-même pour ne pas passer à côté de sa vie. On regrette cependant encore une fois la mauvaise acoustique de la salle qui rend toute une partie du texte inaudible
 

Hélène Chevrier (Théâtral Magazine.com)

Le Petit-Maître corrigé, de Marivaux, mise en scène Clément Hervieu-Léger, avec Florence Viala, Loïc Corbery, Adeline d'Hermy, Pierre Hancisse, Claire de La Rüe du Can, Didier Sandre, Christophe Montenez, Dominique Blanc
Comédie-Française, Salle Richelieu, place Colette 75001 Paris, 01 44 58 15 15, jusqu’au 24/04

(Source Théâtral Magazine)


Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

×