---- PIECES ET SAYNETES ---- 2015


     NEW - Dans la rubrique "Boutique" vous pouvez désormais consulter le PDF de votre choix dans son intégralité et le télécharger (gratuitement) si vous le désirez.    


Ce site est désormais adapté à la navigation mobile 


   

Délicate et saine

Pièce courte

Scène 1 sur 5  

Alan est assis et lit un journal. Arrivée de Francine.   

 

Francine – Encore caché derrière ton journal ? 

Alan – Je ne me cache pas, j’épluche les petites annonces. 

Francine – Et que cherches-tu dans les petites annonces, une voiture d’occasion ?  

Alan – Non, une femme. 

Francine – Neuve ou d’occasion ? 

Alan – Maman ! 

Francine – Mais enfin Alan une femme ne se trouve pas dans un journal voyons ! 

Alan – Ah non ! Et depuis quand ? 

Francine – Depuis qu’existe Internet.   

Alan – Je pense avoir plus de chance avec le journal.

Francine – Pourquoi chercher une femme à l’aide d’un support, tu ne peux pas attendre d’en rencontrer une ? 

Alan (se lève)J’en ai besoin pour ce soir. 

Francine – Oh ! Tu es en manque à ce point-là ? 

Alan – C’est pour mon responsable au travail. 

Francine – Entremetteur en plus ! Il ne peut pas s’en trouver une tout seul ? 

Alan – Ce n’est pas ça le problème, il vient dîner et ne sait pas que je suis célibataire. 

Francine – Et alors ? Tu as le droit de l’être il me semble ! Être célibataire n’est pas une tare que je sache ? 

Alan – Bien entendu. Mais… 

Francine – Mais quoi Alan ? 

Alan – C’est que… c’est un dragueur invétéré, aussi au fur à mesure des conversations je lui ai laissé entendre que j’étais avec un véritable top model, voilà ! 

Francine – Ah oui quand même ! Mais pourquoi lui mentir ? 

Alan – Parce que ! Il n’arrête pas de se vanter de sortir avec les plus belles femmes de la région. 

Francine – En même temps nous sommes dans le Loir-et-Cher ! 

Alan – Peut-être mais en attendant, moi, je suis tout seul. 

Francine – Je vois ! Mon pauvre fils s’est senti diminué face à son ché-chef. 

Alan – Oui, un peu ! 

Francine – D’où les petites annonces du journal. 

Alan – C’est ça ! 

Francine – Il est grand temps d’évoluer tu sais ! 

Alan – Merci pour ton analyse, maman. 

Francine – Tu es victime de la rigidité de notre société, c’est tout. 

Alan – Tu parles de moi comme d’un débile là ! 

Francine – Je pense que tu aurais été un bon personnage pour le roman de Jane Austen. 

Alan – Quel roman ? 

Francine – Orgueil et préjugés.  

Alan – Je t’en prie maman, épargne-moi tes comparaisons absurdes. 

Francine – Alors affronte ton chef et assume le fait que tu es célibataire. 

Alan – Je suis dans la merde !  

Francine – C’est une évidence, et je doute fort que tu trouves celle que tu cherches avant ce soir. 

Alan – Comment je vais me sortir de ce coup-là moi ?  

Francine – En lui disant la vérité tout simplement, si c’est un homme intelligent, il comprendra.

Alan – Au risque de passer pour un crétin. 

Francine – Et un menteur. 

Alan (se replonge dans le journal)Aide à la personne, aide à domicile, ils font ce genre de dépannage ? 

Francine – Oui mon chéri, regarde à la rubrique escorte girl. 

Alan – Mais je ne veux pas d’une fille comme ça ! 

Francine – Tu en aurais pourtant bien besoin. 

Alan – Qu’est-ce que tu dis ? 

Francine – Que tu es allé trop loin dans ton mensonge et que je ne vois pas comment t’en sortir. Tu es bien comme ton père. 

Alan – C’est-à-dire ? 

Francine – Toujours à compliquer les choses. Remarque, tu tiens de moi aussi, mais juste un p’tit peu alors !  Pour le meilleur de toi. 

Alan (se lève d’un bond)Tu as raison, je vais l’appeler et annuler la soirée. 

Francine – Mais non, surtout pas ! Si tu fais ça, plus jamais ton p’tit chef ne te traitera comme un homme. 

Alan – Pas grave, de toute façon il ne l’a jamais fait. 

Francine – Il faut que tu arrêtes de baisser la tête, il est temps de te faire respecter. 

Alan – Oui mais, je n’ai ni ton charisme ni ta notoriété. 

Francine – Ça s’acquiert tout ça tu sais, je n’en ai pas toujours eu ! 

Alan – Dans tes relations, tu ne connaîtrais pas par hasard une femme qui serait libre ce soir ? 

Francine – Maintenant que tu le dis je vais voir ce que je peux faire, en attendant, continue de chercher dans le journal, sait-on jamais ! (s’éloigne pour téléphoner)  

Alan – J’habite à Mer, Loir-et-Cher, région Centre, six mille habitants, moyenne d’âge soixante-cinq ans. J’ crois bien qu’ c’est pas gagné ! (va se rasseoir) Mais pourquoi je suis allé dire ça moi aussi ?

Après quelques secondes, retour de Francine. 

Francine – Arrête de bougonner et va te préparer. 

Alan – Tu as trouvé quelqu’un ? 

Francine – Mais oui ! 

Alan – Qui est-ce ? 

Francine – La fille de la première adjointe du maire… (se montre des deux pouces) ta mère… elle est à Mer et accepte donc de venir passer la soirée avec toi. 

Alan – La fille de la première adjointe est amère ? Ça ne va pas être drôle alors ! 

Francine – Eh bien cache ta joie mon garçon ! 

Alan – Merci maman, vraiment merci, sans toi je ne sais pas ce que j’aurais fait. 

Francine – Qu’est-ce qu’il y a, tu n’as pas l’air satisfait ? 

Alan – Tu la connais cette fille, tu l’as déjà vu, tu sais comment elle est ? 

Francine – Cool mon garçon ! Non je ne la connais pas, mais sa mère n’est pas mal du tout. 

Alan – Espérons qu’elle lui ressemble alors ! Pourvu qu’elle soit belle. 

Francine – Le physique semble être important pour toi on dirait ? 

Alan – Oui, c’est très important. 

Francine – Tu sais à quel point je t’aime mon fils, mais bon, toi-même… 

Alan – Quoi maman ? 

Francine – Je veux dire… tu ne remporterais pas un prix de beauté non plus ! 

Alan – Je suis moche, c’est ce que tu es en train de me dire ? 

Francine – Ah non mon chéri, pas moche mais, il faut être réaliste, tu ressembles plus à ton père qu’à Ryan Gosling. 

Alan – Je croyais qu’aux yeux de leurs parents les enfants étaient les plus beaux !

Francine – Mais c’est le cas mon chéri.Tu sais le physique… même les plus beaux vieillissent et finissent par devenir moches de toute façon. 

Alan – Alors si je comprends bien j’ai déjà fait la moitié du chemin ! 

Francine – Tout ça ne m’empêche pas de t’aimer. 

Alan – Ça, ça veut dire que je ne suis vraiment pas jobard. 

Francine – Pour moi tu es le plus beau. Même si tu ne l’es pas autant que Ryan Gosling. 

Alan – Merci maman, je suis vraiment rassuré. 

Francine – Allez ne t’inquiète pas ! La fille de mon adjointe viendra vers vingt heures.  

Alan – Merci m’man ! C’est sympa de ta part ! Au fait, tu dînes avec nous ? 

Francine – Vu que je suis ici chez moi, que c’est moi qui paye tout, alors oui, je dîne avec vous. C’est possible ça ? 

Alan – Plus on est de fous ! Franchement m’man, tu peux me dire ce qu’il a de plus que moi ce Ryan Gosling ?  

 


         

Si  vous  n'avez  pas  trouvé  ce  que  vous recherchez, vous  pouvez consulter  l'annuaire

 e-monsite rubrique art - culture / théâtre 

Bonne chance. Théâtralement vôtre.

http://www.e-monsite.com/annuaire/

                           


   

  Demander à un écrivain ce qu'il pense des critiques, c'est demander à un réverbère ce qu'il pense des chiens.

John Osborne 

 


  

Copyright © Daniel Pina  2011 - 2014

Création du site 12 septembre 2011

Rubrique à lire attentivement "mentions légales" au bas de cette page  

                                                                                                                                                         


 

Avant de partir faites donc un tour par les liens, et découvrez

"Ces Arts de la Culture"

c'est sympa

        

            


   

   Deux possiblités s'offrent à vous pour effectuer votre demande, soit en cliquant sur chaque pièce ou saynète, soit par la rubrique "contact".

Dans les deux cas vous pourrez l'effectuer en utilisant l'anti-spam, il vous suffit de faire glisser le curseur situé au-dessus de "Captch Me" afin d'envoyer votre message.   

     


Le théâtre est la façon la plus sérieuse de ne pas se prendre au sérieux       


 

Programmes simultanés

Saynète issue de la pièce "bienvenue dans notre monde" 

2 personnages – fille(s) ou garçon(s) ainsi qu’un(e) narrateur (trice) – assis(es) à une table, avec textes sous les yeux. 

 

Narrateur (trice) – Je vous présente deux personnages, deux journalistes travaillant sur deux chaînes différentes. Ils abordent les mêmes sujets d’actualité, mais pas tout à fait avec les mêmes mots. Les voici dans programmes simultanés. 

1 – Au sommaire. Nous découvrirons une petite ville charmante. 

2 – Un village où il n’y a rien. 

1 – Où les habitants sont heureux. 

2– Ceux qui habitent ici sont à bout de nerfs. 

1 – Un de ces coins de France où il fait bon vivre. 

2 – Un bled paumé et pourri où tout le monde se déteste. 

1 – Qui a donné lieu la semaine dernière à diverses manifestations festives. 

2 – Qui n’a pas connu, il faut bien le dire, un franc succès. 

1 – 950 personnes se sont déplacées selon les organisateurs. 

2 – 32 selon la préfecture de police. 

1 – Autre sujet qui mobilise, le nouveau train de mesures est en route. 

2 – Espérons qu’il soit sur la bonne voie, et qu’il ne va pas dérailler. 

1 – Qu’il n’y ait pas de grève, parce que sinon. 

2 – Le projet tomberait à l’eau. La grève, à l’eau… 

1 – Ou dans la mer de… je ne sais quelle ville. 

2 – À Fos peut-être ? 

1 – De toute façon, il y a les uns qui prennent les mesures. 

2 – Et les autres qui portent les costards. 

1 – La météo maintenant, malgré le soleil qui de temps en temps brillera. 

2 – Demain le temps sera pluvieux… d’une journée. 

1 – Pour finir nous nous rendrons au Palais Bourbon. 

2 – Et pour terminer nous irons nous taper un whisky.

 


 

   Pour la recherche il y a les rats de laboratoire, pour le théâtre ce sont les rats d’auteurs.   

 


    

        Merci  de  votre  visite      

 


 Le plus bel hommage que nous puissions rendre à nos chers disparus, continuer de rire, pleurer, écrire et dessiner.

 Je suis Charlie


 

Date de dernière mise à jour : mercredi, 13 Mai 2015

 Bienvenue sur ce site

Si votre recherche répond à votre attente, laissez un message

et j'y donnerai suite dans les plus brefs délais.