---- PIECES ET SAYNETES ---- © 2 0 1 6


Dans la rubrique "Boutique" vous pouvez consulter le PDF de votre choix dans son intégralité et le télécharger si vous le désirez.   


 

  

Extrait de la pièce courte "la fille du parrain"

Scène Une

Oscar arrive sur scène et cherche quelque chose dans tous les coins.

Oscar – J’en ai marre, mais marre ! (fortement) Lorraine ! (Normal) Mais il est où ce flingue ? Ça m’apprendra à ranger mes affaires. (s’assied et demande fortement) Lorraine, tu es sûre de ne pas avoir vu mon flingue ?

Lorraine ne répond pas. Après quelques instants, on frappe à la porte.

Oscar – C’est qui ça encore ?

Va ouvrir et revient avec Sofia et Serge

Oscar – Sofia, je pensais t’avoir dit que je ne voulais plus te revoir. (désigne Serge) Et c’est qui celui-là ?

Sofia –  Moi aussi je suis contente de te voir.

Serge – Serge, je m’appelle Serge.

Oscar – Qu’est-ce que tu veux que ça m’ fasse ?

Sofia à Serge – Je t’avais prévenu.

Oscar – Ça veut dire quoi ça ?

Sofia – Que je l’avais prévenu !

Serge – C’est vrai, elle m’avait prévenu.

Oscar – Je te rappelle à toutes fins utiles que nous allons divorcer, d’où ma question, que viens-tu faire ici ?

Sofia – Eh bien comme tu le dis si bien nous allons divorcer ce qui confirme bien que nous ne le sommes pas encore.

Oscar – Ce n’est qu’une question de temps.

Serge – Un divorce peut durer longtemps vous savez.

Oscar – Toi, on n’ t’a pas sonné ! Ok ?

Sofia – Serge a raison, et en attendant jusqu’à preuve du contraire je suis ici toujours chez moi.  

Oscar – Ne me dis pas que toi et ton nouveau petit copain allez vous installer ici ?

Serge – C’est pas mal, pas mal du tout ! Des cartouches dans la déco sont à prévoir, mais c’est pas mal !

Sofia – Des retouches, on dit des retouches. Que les choses soient bien claires, lui et moi on n’est pas ensemble.

Oscar – Je m’en fous, vous faites c’ que vous voulez mais pas chez moi, alors du balai.

Serge – Pourquoi du balai ce n’est pas sale, c’est même plutôt bien tenu.

Oscar – Barrez-vous avant que je perde patience, pigé ?

Sofia – Pas si vite Oscar, tu sais pertinemment que cet appartement m’appartient à moitié.

Oscar – Vous êtes sourds ou quoi ? Barrez-vous !

Sofia – Tu es encore de mauvaise humeur, pourquoi ?

Serge – Tu m’avais prévenu.

Oscar – Parce que tu me prends pour un con, voilà pourquoi.

Serge – Et ce n’est pas le cas ? Pardon, je n’ai rien dit.

Sofia – Qu’est-ce que j’ai encore fait ?

Oscar (énervé) Tu me dis que vous n’êtes pas ensemble alors pourquoi il n’est pas encore parti ?

Serge – Écoute, je crois qu’on est parti du mauvais orteil.

Sofia – On dit du mauvais pied.

Oscar (énervé) Peut-être, mais il pourrait également pâtir de mon bon poing.

Sofia – Tu peux arrêter cinq minutes oui, tu pourrais te calmer de temps en temps.

Oscar – Tout ira bien mieux quand vous aurez quitté cette maison.

Sofia – Je n’ai pas l’intention de m’éterniser mais avant il faut qu’on parle.

Serge – C’est vrai, il faut qu’on parle.

Oscar – Alors parlons ! (à Serge) T’es encore là toi ?

Sofia – Il est là et restera là, il va participer à nos échanges.

Oscar – Who who who ! De quoi tu parles là, de quels échanges s’agit-il ?

Serge – Relaxe mon pote, tout va bien se passer et dans la bonne humeur.

Oscar – Sofia, ça veut dire quoi tout ce cirque ? Tu veux qu’on échange quoi au juste, hein ?

Sofia – Nos… reproches.

Oscar – Non mais tu sais que tu m’as fait peur ! J’ai cru que tu voulais, avec lui là, ouf ! Quel soulagement.

Serge (s’approche d’Oscar) Je fais ça très bien, tu veux que je pose mes mains sur toi ?

Oscar – Noooooooon ! 

Serge – T’énerves pas, c’était pour rendre service, c’est tout. Ça partait d’un bon sentiment… un truc entre homme… amical… rien de bien méchant ! C’est un truc que j’ai appris en prison, ça marche bien, demande à Sofia.

Sofia – C’est vrai quand tu passes entre ses mains tu t’en souviens longtemps, très longtemps.

Oscar à Serge – Tu es bi ?

Serge – Je ne l’aurais pas exprimé de la sorte mais oui, je pratique les femmes et les hommes, même quelques fois les animaux… mais c’est plus rare.

Oscar (horrifié) Sofia, dis-lui de partir !

Sofia – Du calme, qu’est-ce tu vas imaginer, avec Serge nous ne risquons rien, il est doué par la kiné.  

Oscar – Ça c’est toi qui le dis !

Sofia – Mais qu’est-ce que tu racontes !

Serge – Si je t’assure, j’ai vraiment un don.

Oscar (regarde Serge de la tête aux pieds)Mais oui, si toi tu as un don pour ça, moi je suis curé.

Sofia – Ça va pas mieux toi dis-donc !

Serge – J’en ai même un deuxième.

Oscar – Oui, un don pour m’énerver. Allez, maintenant sortez d’ici, s’il vous plaît !

Sofia – Non Oscar, je te le dis depuis que nous sommes arrivés, il faut qu’on parle.

Serge – Et si tu nous offrais un p’tit coup à boire, hein ?

Arrivée de Lorraine

Lorraine – On boit un coup et en quel honneur. Ah ! Je ne savais pas que tu avais de la visite. Sofia !

Sofia – Lorraine ?

Serge – Eh bien ! Ça ne va pas être mariage à l’italienne mais plutôt divorce à l’italienne.

Oscar – Aïe ! Alors là je crois que ça va un peu se compliquer.

   


  

Réponse à ceux qui désirent modifier les textes existants.

Raccourcir oui, modifier non.

Le but premier lorsqu'on veut jouer une pièce de théâtre est de s’imprégner des personnages et de les faire vivre comme ils ont été conçus, dans leur rôle originel, c’est la quintessence des œuvres créées et ce, quel qu’en soit l’auteur.

Bien évidemment des éléments d'une pièce peuvent être tronqués et d’autres ajoutés, pourtant, je pense toute modestie gardée qu’une œuvre ne devrait pas être modifiée, cela supprimerait ses valeurs de moralité, de mystère et de magie qui s’avèrent indispensables et salutaires.

Chaque mot ayant été ainsi pesé participe à son équilibre, et l’intensité émanant d’une situation dramatique ou comique, réside dans le fait de jouer telle qu’elle se présente sous peine de perdre l’alchimie de l’esprit de création cher à chacun de nous.

Chaque auteur peut se faire à un moment donné la réflexion sur le choix d’une scène, d’une réplique ou d’une fin, c’est respecter sa décision et son œuvre que d’opter pour la mise en scène d’une saynète ou d’une pièce, telle qu'il l'a imaginée.

Merci 




    Demander à un écrivain ce qu'il pense des critiques, c'est demander à un réverbère ce qu'il pense des chiens.

John Osborne 


  

Le théâtre est la façon la plus sérieuse de ne pas se prendre au sérieux. 

 


 

Si  vous  n'avez  pas  trouvé  ce  que  vous recherchez, vous  pouvez consulter  l'annuaire

 e-monsite rubrique art - culture / théâtre 

Bonne chance. Théâtralement vôtre.

http://www.e-monsite.com/annuaire/

                           


 Je confirme n'avoir aucune photo me concernant sur aucun des réseaux sociaux existants.


 

     

       Merci  de  votre  visite      



 


Copyright © Daniel Pina  2011 - 2016

Création du site 12 septembre 2011

Rubrique à lire attentivement "mentions légales" au bas de cette page


 

Date de dernière mise à jour : samedi, 23 Avril 2016

 Bienvenue sur ce site

Si votre recherche répond à votre attente, laissez un message

et j'y donnerai suite dans les plus brefs délais.