---- PIECES ET SAYNETES ---- © 2 0 1 7

 


Vous trouverez dans le menu vertical un extrait de chaque pièce et saynète avec accès direct à son PDF en espérant qu'il corresponde à vos attentes.

Je serais ravi de connaître la suite que vous pourriez y donner et vous souhaite une agréable lecture.

Je compte bien évidemment sur votre compréhension et votre gentillesse pour me prévenir si une représentation de ce que vous avez téléchargé était donnée.

Bien cordialement. Daniel 

Bonne navigation


Tous les PDF figurant sur ce site sont délivrés gratuitement.

Toutes les saynètes et les pièces sont libres de droits d'auteur

et sont protégées par le Code de la Propriété Intellectuelle.


  

Extraits de la Pièce en Alexandrins

Les dessous de l'Amour

 

ACTE I – SCENE PREMIERE – Hugo, Antoine, Marie, Betty.

 

HUGO            –          Mais bon sang qu’arrive-t-il à mon fils incrédule,

            Frais lavé, et dispo jusque dans les globules,

            Aurais-tu un rencard, irais-tu à la messe ?

ANTOINE     –          Si tu veux le savoir fais-moi un SMS.    

                        5          C’est quoi toutes ces questions, cet intérêt soudain ?

HUGO            –          Peut-être une intuition ; (s’approche de lui et le sent) Tu mets quoi comme parfum ?

ANTOINE     –          Pourquoi je n’ sens pas bon c’est ce que tu veux dire ?

HUGO            –          Tu sens vraiment très bon, ce n’est rien de le dire.

                                   Nous sommes habitués à te voir en guenilles,

                        10         Y’a quelque chose là d’ssous, certainement une fille.

ANTOINE     –          Et même si c’était vrai qu’est-ce que ça peut te faire ?

                                   Tu sais que je n’aime pas qu’on s’ mêle de mes affaires.

HUGO            –          Ce n’est pas m’immiscer que de voir ton bonheur,

                                   De te savoir heureux me fait très chaud au cœur.

                        15         Tu es très peu jovial et souvent effacé,

                                   Ça me comble de joie de te voir satisfait.

ANTOINE     –          Tu vois ce qui m’étonne c’est de te voir ainsi

                                   Aux petits soins pour moi, et à jouer les gentils,

                                   Car la plupart du temps tu m’oublies, tu m’ignores,

                        20         Que me vaut soudainement ce changement de décors ?

HUGO            –          C’est tout à fait injuste ce que tu me dis là.

ANTOINE     –          Pas du tout, comme toujours tu ne penses qu’à toi.  

HUGO            –          Et depuis tout à l’heure que suis-je en train de faire ?

ANTOINE     –          J’ignore encore pourquoi tu essaies de me plaire.                

HUGO            –25       Et puis où est le mal mon fils que de vouloir

                                   T’apporter mon soutien, ce n’est que mon devoir.

ANTOINE     –          Mais là tu te réveilles vraiment un peu trop tard

                                   Je n’ai jamais reçu un appui de ta part.

HUGO            –          C’est faux, je suis en tant que chef de cette famille

                        30         Responsable de vos petites vies bien tranquilles.

ANTOINE     –          Bien tranquilles ! Mais sais-tu quelles sont les incidences

                                   Qu’ont eu sur moi tes manques et toutes tes absences ?

                                   Si élever un enfant se résume à brimer

                                   Alors je te rassure, tu m’as bien éduqué.

HUGO            –35       Toi tu parles de brimades mais moi que devrais-je dire ?

                                   Pour vous être agréable j’ai supporté le pire.   

ANTOINE     –          Et c’est encore sur toi que la lumière se pose,

                                   Tout à ton avantage tu retournes les choses.

HUGO            –          Puisqu’il en est ainsi je préfère m’en aller.

ANTOINE     –40       Tu connais bien la fuite, tu as tellement donné !

HUGO            –          Tes propos sont indignes, un fils se doit d’avoir

                                   Du respect pour son père, c’est son premier devoir.

ANTOINE     –          Je te dois le respect, bien sûr mais seulement si

                                   Tu respectes également la personne que je suis.

(Silence)

HUGO            –45       Je voulais juste te dire que j’aimais ta tenue.

                                   Mais comme tu prends la mouche alors n’en parlons plus.

                                   (Arrivée de Marie)

MARIE           –          Eh bien que se passe-t-il, est-ce la révolution ?

                                   Je pense qu’on vous entend de Maubeuge à Toulon.

HUGO            –          Nous avons lui et moi une divergence de vue.

MARIE           –50       Oui c’est ce que j’entends, (à Antoine) sympathique ta tenue !

HUGO            –          C’est bien ce que j’ disais mais il l’a très mal pris.                  

ANTOINE     –          Tu sais très bien pourquoi.

MARIE           –                                                       C’ n’est pas bientôt fini !    

HUGO            –          Je vois encore une fois que tu prends sa défense.

MARIE           –          Je ne prends pas parti, je veux de la décence.

HUGO            –55       Alors condamne plutôt les propos délétères

                                   Que vient d’avoir ton fils vis-à-vis de son père.

ANTOINE     –          Mais à aucun moment je ne t’ai insulté,

                                    À moins qu’insulte soit de dire la vérité.

HUGO            –          Je suis vraiment meurtri, dépité quand je songe

                        60         À toute cette haine, à ces affreux mensonges.

MARIE           –          Mais que reproches-tu donc à Antoine de si grave ?

HUGO            –          Ce n’est qu’un mauvais fils qui se prend pour un brave.

MARIE           –          Je n’ai pas entendu de mots assez grossiers

                                    Dans la bouche de ton fils pour ainsi te braquer.

HUGO            –65       Il a osé, et ce, dans l’immoralité,

                                   Défier ma paternelle sacrée autorité.

ANTOINE     –          Tu me vois donc ainsi comme un irresponsable,

                                   Mais toi-même mon cher père es-tu irréprochable ?

MARIE           –          Que veux-tu dire par là, aurais-tu des soupçons

                        70         Sur son comportement que nous ignorerions ?

ANTOINE     –          Je veux juste savoir pourquoi il est si prompt

                                   À vouloir que je passe pour le roi des poltrons.

                                   Et c’est seulement pour ça qu’aujourd’hui enfin j’ose

                                   Demander à mon père, nous caches-tu quelque chose ?

                                   (Silence)

MARIE           –75       Eh bien mon cher mari pourquoi restes-tu coi,

                                   Qu’as-tu pour ta défense à répondre à cela ?

HUGO            –          Je suis tellement surpris, déçu et stupéfait

                                   Que les bons mots me manquent pour pouvoir m’exprimer.

                                   (Arrivée de Betty)    

BETTY          –          Papa, maman, Antoine, est-ce donc une réunion ?

MARIE           –80       Non, une distribution de coups bas et de gnons.

BETTY          –          Et puis-je savoir qui sont les combattants du jour ?

MARIE           –          C’est Antoine et ton père, j’allais dire comme toujours.

BETTY          –          J’arrive au bon moment, vous auriez pu m’attendre,

                                   Combat entre un sénior et son fils un peu tendre.

                        85         Bon, je me laisse aller, les paris sont ouverts,

                                   Une fois n’est pas coutume je parie sur mon père.

 

 

ACTE I – SCENE II – Hugo, Marie, Betty, Antoine.

 

HUGO            –          Je vois que la famille est vraiment très soudée,

                                    Que les malheurs des uns vous font bien rigoler.     

MARIE           –          Oh Hugo je t’en prie, tu prends trop au sérieux

                        90         Des instants de la vie qui sont bien trop précieux,

                                    Tu perds bien trop de temps à vouloir les gâcher

                                    Par des disputes idiotes, par des futilités.

HUGO            –          Si par futilités tu parles de ce, vaurien,

                                    L’Oscar de l’insolence sans conteste lui revient.       

MARIE           –95       Ce n’est pas un concours pour savoir qui de vous

                                   En sortira vainqueur et restera debout.

BETTY          –          Comment cette discussion est-elle intervenue ?

ANTOINE     –          Ça c’est à cause de lui, et puis de ma tenue.    

BETTY          –          Vous vous prenez la tête pour quelques vêtements,

                        100       Vous n’avez rien à faire d’un peu plus important ?

ANTOINE     –          C’est lui qui m’a chambré.

HUGO            –                                                      C’était un compliment,

                                   Ce qu’un père à son fils peut dire de temps en temps.

ANTOINE     –          Ainsi je suis ton fils que quand ça t’intéresse,

                                        En effaçant d’un coup mes années de détresse.

HUGO            –105     Te voilà grand seigneur prêt à me condamner,

                                   Mais de quelles forfaitures suis-je donc accusé ?

ANTOINE     –          Comme ton fils tu ne m’as jamais considéré,

                                   En aimant trop ma sœur, bien du mal tu m’as fait.

BETTY          –         Bon sang les bras m’en tombent, j’en reste sidérée,

                        110       Pourquoi me faire passer pour la fille préférée ?

                                   Que je sache tu n’as pas vraiment l’air malheureux,

                                   Ni de souffrir d’un acte qui soit délictueux.

ANTOINE     –          C’est ça prend son parti !

MARIE           –                                                     Mais vas-tu donc cesser

                                   De faire tous ces reproches, c’est quoi ces simagrées ?

                        115       À t’entendre gémir on pourrait bien penser

                                   Que ta famille ressemble à celle des Thénardier.

ANTOINE     –          Je voulais simplement te faire comprendre, papa,

                                   Que je n’ suis pas le fils dont tu rêvais, tu vois,

                                   Tu auras suscité douleur et jalousie

                        120       En donnant ton amour qu’à maman, qu’à Betty.

HUGO            –          Je suis abasourdi par tes propos acerbes

                                   Qui vraiment me révoltent et me donnent la gerbe.

                                   Si c’est la zizanie que tu voulais semée

                                   Alors, mes compliments, la bataille est gagnée.

MARIE           –125     Que t’arrive-t-il Antoine je ne t’ai jamais vu

                                   Avec tant de colère, je n’ te reconnais plus.

                                   Où est passé le fils agréable et distant

                                   Prônant la non-violence, deviens-tu dissident ?

ANTOINE     –          Alors Betty dis-moi de tout ça que penses-tu ?

BETTY          –130       Tu ne mérites je crois qu’un bon coup d’ pied au cul.           

ANTOINE     –          Je vois, tu es acquise à la cause des parents.

BETTY          –             Arrête tes jérémiades, tes sacrés boniments,

                                   Je ne comprends pas bien tes revendications

                                   Car nous avons reçu une bonne éducation.                          

ANTOINE     –135     Une bonne éducation peuplée de solitude.

BETTY          –             Tu n’es jamais heureux, mais c’est, comme d’habitude.

                                   Tu as passé ton temps à grogner, à penser

                                   Être le mal aimé, jusqu’à t’en persuader.

ANTOINE     –          Je ne demande qu’un peu de ta sollicitude,

                        140       Mais je n’ai de ta part aucune gratitude,

                                   Qui sont choses normales entre un frère et une sœur,

                                   Je pensais sincèrement que tu avais un cœur.

BETTY          –             Bien sûr que j’ai un cœur je n’en suis pas peu fière,

                                   De la tendresse aussi, et un amour sincère.

HUGO            –145     Je ne comprends pas bien où cela va mener,

                                   Ces discussions stériles n’ont aucun débouché,

                                   Car chacun de nous est un peu plus chagriné

                                   De ton comportement, parfaitement déplacé.

ANTOINE     –          Tu voudrais que j’y mette un peu plus de manière !

                        150       Dis, ce que fut ton choix durant ta vie entière ?

                                   Déléguer à maman avec son bon vouloir

                                   Les forces de ta raison, les forces de ton pouvoir.

HUGO            –          Mais je ne le nie pas, c’était pour les besoins…

ANTOINE     –          De n’être pas présent ? cela t’arrangeait bien !

MARIE           –155     Quels que soient les reproches que tu fasses à ton père

                                   Tu lui dois le respect, ainsi qu’à moi, ta mère.

BETTY          –          Là tu dépasses les bornes, arrête donc maintenant,

                                   Et reconnaît tes torts tant qu’il est encore temps.

ANTOINE     –          Je pense que l’on récolte un peu ce que l’on sème.

HUGO            –160     Alors je crois mon fils, que l’on a un problème.

 

 

ACTE I – SCENE III – Antoine, Betty, Marie, Hugo.

 

ANTOINE     –          La détermination, comme me disait maman

                                   Ça permet d’avancer, c’est un moteur puissant.

BETTY          –          Pas besoin d’un esprit très imaginatif

                                        Pour voir que ton moteur est vraiment bien poussif.

ANTOINE     –165     Eh Betty, s’il te plaît, dis-moi la vérité,

                                   Ça ne t’a pas gêné durant toutes ces années

                                   Cette pesante solitude, l’absence de notre père,

                                   Pour les plus grands moments comme nos anniversaires ?

BETTY          –          C’est vrai, mais son travail l’a toujours obligé

                        170       À vivre loin de nous, nous devons l’accepter.

MARIE           –          Ta sœur a bien raison reste donc un peu tranquille

                                   Comment aurait-il fait pour nourrir sa famille ?

HUGO            –          Il me semble que tu n’as jamais manqué de rien,

                                   D’arrêter de gloser ferait le plus grand bien.

ANTOINE     –175     Vas-y avec des mots que je ne comprends pas,

                                   Et des formules savantes pour te sortir de là,

                                    Je dis, quitte à passer pour un indigne traître,

                                   Que tu n’es pas le père que tu aurais dû être.

HUGO            –          Je suis vraiment navré de ces accusations

                        180       Qui font naître en mon cœur une grande indignation.

MARIE           –          Autant d’hostilité et de hargne me font peur.

BETTY          –          Tu nous fais passer là un bien mauvais quart d’heure.

ANTOINE     –          N’avez-vous pas comme moi bien trop de fois passé

                                   Des soirées à attendre qu’il daigne enfin rentrer ? (Silence)

                        185       Ai-je donc été le seul à prier son retour

                                   Espérant qu’il me donne enfin, un peu d’amour ?

MARIE           –          Arrête tout ça maintenant, tu nous mets mal à l’aise.

ANTOINE     –          C’est la réalité, à vous trois n’en déplaise.

BETTY          –          Mais tout bien réfléchi ce qu’il dit n’est pas sot,

                        190       On a bien des congés, quel que soit le boulot ?

HUGO            –          Où suis-je actuellement, n’est-ce pas là avec vous ?

ANTOINE     –          Oh oui et grâce à toi on s’amuse comme des fous.

HUGO            –          Je travaille et alors, tout homme doit se battre 

                 Pour faire vivre les siens.

ANTOINE     –                                                    Vingt-quatre heures sur vingt-quatre ?

HUGO            –195     Je suis un élément moteur de l’entreprise,

                                   Sans mon acharnement nous serions dans la mouise.

MARIE           –             (en colère) Ta vie c’est le travail que tu as sanctifié,

                                   Mais nous, ta vraie famille, tu nous as sacrifiés.          

                                   (à Antoine) Je pensais durs comme fer tes propos fallacieux,

                        200       Je vois qu’il n’en est rien, tu m’as ouvert les yeux.

                                   Si je t’en remercie je reste désolée

                                   D’avoir été injuste, de t’avoir rabaissé.

ANTOINE     –          Tu n’es pas responsable des erreurs de mon père.

HUGO            –          Vous deux taisez-vous donc, ça commence à bien faire !

BETTY          –205     Dis-moi pourquoi maman te laisses-tu berner

                                   Par un fils vaniteux, comprend donc ce qu’il fait !

ANTOINE     –          C’est de moi dont tu parles avec des mots si durs ?

BETTY          –          À celui qui a tant de propos si impurs.

MARIE           –          Hugo, comment peux-tu m’intimer de me taire ?

                        210       Je ne suis pas qu’une ombre que tu voudrais soustraire.

HUGO            –          N’y a-t-il que ma fille qui soit sensée ici ?

MARIE           –          N’oublie pas que l’égale de toi je suis aussi.

HUGO            –          Tu n’es que celle qui doit écouter son époux,

                                        Le chef de la famille c’est moi, un point c’est tout.

                        215       Je prends les décisions, et vous obéissez.

MARIE           –          Et si nous refusons ?

HUGO            –                                                 Alors, je sévirai.

   


Je réponds à tous les messages qui me sont adressés,

aussi, n'omettez pas de préciser votre mail dans vos requêtes.


  

Réponse à ceux qui désirent modifier les textes existants.

Raccourcir oui, modifier non.

Le but premier lorsqu'on veut jouer une pièce de théâtre est de s’imprégner des personnages et de les faire vivre comme ils ont été conçus, dans leur rôle originel, c’est la quintessence des œuvres créées et ce, quel qu’en soit l’auteur.

Bien évidemment des éléments d'une pièce peuvent être tronqués et d’autres ajoutés, pourtant, je pense toute modestie gardée qu’une œuvre ne devrait pas être modifiée, cela supprimerait ses valeurs de moralité, de mystère et de magie qui s’avèrent indispensables et salutaires.

Chaque mot ayant été ainsi pesé participe à son équilibre, et l’intensité émanant d’une situation dramatique ou comique, réside dans le fait de jouer telle qu’elle se présente sous peine de perdre l’alchimie de l’esprit de création cher à chacun de nous.

Chaque auteur peut se faire à un moment donné la réflexion sur le choix d’une scène, d’une réplique ou d’une fin, c’est respecter sa décision et son œuvre que d’opter pour la mise en scène d’une saynète ou d’une pièce, telle qu'il l'a imaginée.

Merci 




    Demander à un écrivain ce qu'il pense des critiques, c'est demander à un réverbère ce qu'il pense des chiens.

John Osborne 


  

Le théâtre est la façon la plus sérieuse de ne pas se prendre au sérieux. 

 


 

Si  vous  n'avez  pas  trouvé  ce  que  vous recherchez, vous  pouvez consulter  l'annuaire

 e-monsite rubrique art - culture / théâtre 

Bonne chance. Théâtralement vôtre.

http://www.e-monsite.com/annuaire/

                           


 Je confirme n'avoir aucune photo me concernant sur aucun des réseaux sociaux existants.


 

 

     

       Merci  de  votre  visite      



 


Copyright © Daniel Pina  2011 - 2017

Création du site 12 septembre 2011

Rubrique à lire attentivement "mentions légales" au bas de cette page


Résultat de recherche d'images pour "e-monsite"

 Hébergeur : e-monsite


 

Date de dernière mise à jour : jeudi, 17 Août 2017

×